Blog littéraire de l'imaginaire

Bienvenue sur ce blog consacré à la littérature. J'ai une préférence pour les lectures de l'imaginaire c'est-à-dire tout ce qui est fantastique, fantasy, science-fiction, ... Il m'arrive aussi de sortir de ma zone de confort et de lire des récits que je n'ai pas l'habitude. Il se peut donc que de temps en temps se glisse entre mes pages un article ou une critique sur un polar, un classique, une biographie, ...

La lecture est une façon de voyager et de s'évader, parfois jusqu'aux confins du monde. Je vous invite à faire un bout de chemin avec moi au fil de mes lectures, en espérant pouvoir vous faire découvrir des choses intéressantes, voir vous donner envie de vous plonger dans un livre en particulier.

Bonne visite :)

lundi 22 janvier 2018

LE SEIGNEUR DES ANNEAUX TOME 1- La Fraternité de l'Anneau de J.R.R Tolkien


17/20

Edition: Pocket (Christian Bourgois)

Origine de l'auteur: Anglais (né en Afrique du Sud)

Titre original: The Lord of the Rings - The Fellowship of the Ring

Série: Le Seigneur des anneaux (terminée en 3 tomes)

Traduction: Daniel Lauzon

Première parution: 1954 en VO - 1972 en Fr

Genre: Heroic-fantasy, aventure

Nombre de pages: 767




L'Anneau de Pouvoir, forgé par Sauron au cœur de la Montagne du Feu, dépositaire de son sombre pouvoir, est perdu. Nul ne sait ce qu'il est devenu depuis qu'un homme l'a arraché de la main du Seigneur Sombre et, ainsi, put chasser ce dernier hors du monde.
Mais de noirs présages s'étendent à nouveau sur la Terre du Milieu, les créatures maléfique se multiplient et, dans les Montagnes de Brumes, les Orques traquent les Nains. L'ennemi veut récupérer son bien, son Maître le cherche partout et l’œil de Sauron est désormais pointé sur le Comté.
Heureusement Gandalf le Gris les a devancés, s'ils font vite, lui et le petit Frodo parviendront peut-être à détruire l'Anneau à temps...



J'ai découvert cette fabuleuse aventure grâce aux films de Peter Jackson, et quoique peuvent en dire certains, je les ai trouvé tout simplement superbes. Il s'agit d'une rare saga que je peux regarder encore et encore et encore... sans m'en lasser, tant l'histoire est prenante et les images somptueuses.
C'est donc avec grand plaisirs que je me suis replongée dans cette aventure.

Je connaissais donc déjà l'histoire du porteur de l'Anneau avant d'entamer ce livre, surtout que j'ai déjà lu les tomes 1 et 2 il y a quelques années. Mais pourquoi je le relis alors ?! Outre le fait que je sois totalement accro à cette histoire, c'est tout simplement parce qu'une nouvelle traduction est sortie chez Pocket en septembre 2017 dont il est dit qu'elle est meilleure que la version précédente.

Ce que j'ai vraiment bien aimé, ce que j'avais déjà apprécié à l'époque, c'est que le livre donne beaucoup de précisions et de détails sur l'histoire et son univers, j'ai particulièrement apprécié la notion de temps, qui y est bien développé. Honnêtement en regardant les films j'ai jamais vraiment pensé au temps que nos héros ont mis pour parcourir toutes ces terres et arriver à destination, mais grosso modo je me dis que tout fut plié en genre 6 mois à 1 an. J'en reviens pas que toute l'aventure (des trois tomes donc) est étendues sur autant d'années ! Déjà rien qu'au début, il se passe 10 ans entre la fête de Bilbo et le départ de Frodo du Comté. Et puis Frodo il a genre 50 ans quand il part de chez lui ! Je comprend le choix du réalisateur de rajeunir le héros, ça fait plus vendeur quand même.

Bref concernant l'histoire de ce livre j'ai vraiment adoré, bien qu'il y ait quelques longueurs au début, pas l'introduction sur les mœurs et coutumes des Hobbits, ça j'ai trouvé super chouette, mais plutôt le moment du départ du Comté. Ca commence à devenir plus palpitant quand nos petits héros arrivent au Poney Fringant (après 293 p. donc, ça fait long quand même). Vous aurez remarqué que j'ai omis les "n" aux prénoms et que j'écris LE Comté et non pas LA Comté, j'y viens dans quelques lignes ;).
C'est donc avec grand plaisirs que j'ai retrouvé cette petite Communauté, où devrais-je dire Fraternité (Compagnie comme c'est dit à maintes reprises dans le texte). L'histoire est vraiment prenante et Tolkien nous transporte d'aventures en aventures, nous faisant rencontrer toute sorte de contrées et de de peuples plus intrigants et intéressants les uns que les autres.

Qu'en est-il de cette nouvelle traduction donc ? Et bien j'en suis ravie. Bien qu'il soit long, ce premier tome se lit quand même bien facilement. Daniel Lauzon nous offre une traduction bien soignée et surtout claire et fluide, alors que l'ancienne version rendait le texte un peu lourd et fastidieux à lire. Attention je ne dénigre en rien le travail fourni précédemment, nul doute que cela à demandé beaucoup de travail au traducteur qui a surement fait au mieux. N'oublions pas que pendant des années c'est quand même grâce à lui que ce livre a pu être disponible dans la langue de Molière et ravir déjà une multitude de fans.



Comparaison traduction Ledoux (en haut) et Lauzon (en bas)


Je reviens sur les noms qui ont été retenu lors de cette traduction: Daniel Lauzon a voulu rester le plus fidèle possible à l'histoire d'origine et notamment aux divers noms. Cela peut en dérouter plus d'un car il faut savoir qu'il n'a pas toujours gardé les noms français déjà vu dans l'ancienne version, ni tout à fait les noms VO. Bilbon et Frodon Sacquet deviennent donc Bilbo et Frodo Bessac, Grand-Pas devient l'Arpenteur, Fondcombe devient Fendeval, LA Comté devient LE Comté, etc.... C'est bizarre au début mais franchement ça ne m'a pas plus dérangé que ça, une fois quelques pages passées ont s'y fait.

En bref, ce livre on ne le présente plus, c'est un must have de l'heroic-fantasy qui a inspiré bien des auteurs après lui. Je le recommande fortement, surtout dans cette nouvelle traduction qui est excellente et allège la lecture.




Prologue version Ledoux (gauche) et Lauzon (droite)


Ce que j'ai préféré:
° L'univers de la Terre du Milieu
° La quête et le mystère autour de cet Anneau de Pouvoir
° L'espace-temps dans lequel l'histoire se déroule
° Le bestiaire et les différents peuples représentés (Orques, Elfes, Nains, Hobbits,...)



Ce que j'ai moins aimé:
° Un peu long par moment, notamment dans les premières pages


4 commentaires:

  1. "Bilbon et Frodon Sacquet deviennent donc Bilbo et Frodo Bessac, Grand-Pas devient l'Arpenteur, Fondcombe devient Fendeval, LA Comté devient LE Comté, etc..." Waw tant de changement que ça ? Ce doit être assez perturbant au début :S D'autant qu'en tant que fans des films on est habitués à entendre les noms traduits... Enfin ma lecture de la version de Ledoux date de moins de 6 mois, je n'ai donc pas envie de me replonger dans l'aventure tout de suite... Mais peut-être plus tard :)
    Par contre je me souvient d'une chose assez bizarre, c'est que Ledoux avait traduit les noms dans le seigneur des anneaux, mais pas dans le Hobbit... Pourquoi je ne sais pas ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui effectivement j'avais entendu que dans le Hobbit les noms n'étaient pas traduits ... c'est bizarre de pas uniformiser. C'est un peu perturbant au début puis ça passe assez vite (pour moi en tout cas ^^).

      Supprimer
  2. Il est probable que Ledoux ait reçu la consigne de Tolkien de traduire les noms que lors de la traduction du Seigneur des Anneaux. Il est dommage qu'aucune retouche n'ait alors été faite sur le Hobbit pour uniformiser, surement pour des raisons économiques, comme probablement pour l'absence des traductions des appendices qui ont été traduits ultérieurement par Tinas Jolas du coup. On sent quand on lit "Sacquet" par exemple qu'il a bien eu l'indication de conserver le mot "Sac", mais pour d'autres noms il ne semble pas en avoir eu, tout comme le fait de ne pas franciser des noms comme Saruman et Uruk-hai qui sont dans les langues inventées. Donc il a dû avoir une information mais pas aussi complète que le "Guide to the Names in the Lord of the Rings" à destination des traducteurs que l'on connait aujourd'hui et que Lauzon a cherché à appliquer au mieux.

    RépondreSupprimer