Blog littéraire de l'imaginaire

Bienvenue sur ce blog consacré à la littérature. J'ai une préférence pour les lectures de l'imaginaire c'est-à-dire tout ce qui est fantastique, fantasy, science-fiction, ... Il m'arrive aussi de sortir de ma zone de confort et de lire des récits que je n'ai pas l'habitude. Il se peut donc que de temps en temps se glisse entre mes pages un article ou une critique sur un polar, un classique, une biographie, ...

La lecture est une façon de voyager et de s'évader, parfois jusqu'aux confins du monde. Je vous invite à faire un bout de chemin avec moi au fil de mes lectures, en espérant pouvoir vous faire découvrir des choses intéressantes, voir vous donner envie de vous plonger dans un livre en particulier.

Bonne visite :)

mercredi 5 octobre 2016

LE DECHRONOLOGUE de Stéphane Beauverger

[Roman d’aventure, science-fiction]



17/20


Edition: La Volte, ebook (2012)
Origine de l'auteur: Française





Synopsis:
" Je suis le capitaine Henri Villon, et je mourrai bientôt. Non, ne ricanez pas en lisant cette sentencieuse présentation. N'est-ce pas l'ultime privilège d'un condamné d'annoncé son trépas comme il l'entend ? C'est mon droit. Et si vous ne me l'accordez pas, alors disons que je le prends".

Ainsi débute le récit du capitaine Villon. Il lutte avec son équipage de pirates pour préserver sa liberté dans un monde déchiré par d'innombrables perturbations temporelles. son arme: Le Déchronologue, un navire dont les canons tirent du temps.




Mon avis:
Très belle surprise que ce Déchronologue, j’ai vraiment apprécié.

Avec ce roman l’auteur nous plonge au cœur des Caraïbes du XVIIè siècle.
On y suit les (més)aventures du Capitaine Français Henri Villon et de son équipage qui voguent sur ces mers où règne un climat de conflits et d’affrontements. 
J’ai vraiment adoré tout le contexte historique dans lequel se déroule l’action. On se retrouve entre les années 1640 et 1655, période où la grande piraterie est très présente dans les Caraïbes. Tout le contexte économique et politique y est bien retranscrit avec les flibustiers qui naviguent sur les flots pour s’en prendre à la flotte Espagnole, et pour se disputer entre eux (Français, Anglais, Hollandais…) les territoires et ports des environs, notamment de Tortuga (île de la Tortue).  L’ambiance est vraiment bien décrite par l’auteur, on s’y croit vraiment sur la frégate du Capitaine Villon. 

L’histoire est racontée de manière très originale car elle est écrite à la première personne du singulier. On se retrouve en fait avec le carnet du Capitaine Villon dont les pages ont été mélangées. Heureusement que les dates sont inscrites à chaque début de chapitre. C’est un parti pris audacieux qui peut en déconcerter plus d’un (moi la première) mais qui s’accorde bien avec le titre du livre et les événements qui s’y déroulent. Le monde qu’on va parcourir au fil des pages est en proie à des failles temporelles qui sont totalement déstabilisantes pour les personnages, et bien on comprend mieux leur désarroi étant donné que nous sommes nous aussi pris au piège d’un espace-temps capricieux avec ces pages tout en désordre. 
C’est donc au fur et à mesure de la lecture qu’on remet les pièces du puzzle dans le bon ordre pour avoir une histoire cohérente. C’est un choix que je trouve assez discutable. Au début cela ne m’a pas trop dérangé, mais au fil des chapitres cela a quand même failli me perdre. Arrivée dans les 100 dernières pages je me suis finalement rendue compte que j’ai bien réussi à suivre le fil du récit et j’ai trouvé ça assez palpitant. C’est une idée très ingénieuse et en parfaite corrélation avec le récit. Quand on se lance dans la lecture de ce roman il vaut mieux donc prévoir assez de temps histoire de ne pas le lire en plusieurs semaines aux risques de ne plus se rappeler quels événements sont reliées à quelles dates !


"- Étarquez les voiles ! Tendez-moi tout ça jusqu'à rompre ! 
Hurlements en échos à mon ordre. Les hommes d'équipages savaient que leur carcasse était en sursis. Le barreur m'agrippa le bras en tremblant:
- Capitaine, la tempête vient sur nous. Je lui tapai sur l'épaule, les nerfs à vif: - Alors droit sur elle, mon gars! "


Le problème avec ce découpage mélangé par contre est qu’il m’a été assez difficile de m’attacher aux personnages secondaires. J’ai cependant adoré le personnage de Villon. C’est un peu un anti-héros. Il est bourru, alcoolique, c’est un flibustier donc il ne fait pas dans la dentelle quand on lui cherche des noises mais il est en même temps très humain. Il a un grand sens de l’honneur et sait rester fidèle à ses amis. Et puis il se retrouve dans des situations tellement extrêmes qu’on ne peut que compatir et s’attacher à lui.

Stéphane Beauverger à une plume vraiment superbe, il sait utiliser les bons mots et on remarque d'emblée qu’il a du faire pas mal de recherches pour nous décrire aussi bien la piraterie et les voyages en mer. J’ai particulièrement aimé les dialogues qu’il arrive à rendre la fois vivants et dynamiques avec des expressions que je n’oublierai pas de sitôt. C’est souvent cru, parfois rude à lire selon les passages/chapitres (la survie au sein des geôles est très précaire, quelle vie dangereuses menaient ces flibustiers !), mais avec ce thème de pirate rien de plus normal, on n’est pas au pays des Bisounours.


" - Capitaine, dit la voix de la Crevette en se rapprochant de moi, je vais mourir, capitaine ... Christ mort ! Mon mousse puait tant que son odeur était insupportable, même au cœur de cette soue infecte. Je détournai la tête pour ne pas sentir les relents de sa chair malade:
- Non, petit, tu ne vas pas mourir. Pas encore. "



La manière dont il introduit cette once de science-fiction dans son récit est aussi très intéressante. Cela amène davantage de mystère, j’étais très intriguée et avide d’en apprendre davantage sur ces fameuses burbujas qui rodent au-dessus des flots ainsi que ces mystiques maravillas.

Je regrette cependant qu’il n’ait pas été plus loin dans ses explications, finalement on n’en sait pas vraiment beaucoup sur ces Targui, burbujas et maravillas, je suis restée un peu sur ma faim à ce niveau-là… D’un côté c’est dommage, et d’un autre côté cela crée un effet mystique assez appréciable au final.

Pour conclure, c’est une lecture pas forcément évidente, mais que je recommande chaudement aux amoureux d’aventures, de contrées sauvages et exotiques, de science-fiction et d’originalité narrative.



NOTA BENE: Il aura fallu deux années à Stéphane Beauverger pour peaufiner son Déchronologue qui sera récompensé par plusieurs prix (bien mérité): le prix européen Utopiales des pays de la Loire 2009, le grand prix de l'imaginaire 2010, le prix Bob-Morane 2010, le prix Imaginale des Lycéens 2012.



Ce que j'ai préféré:
° Le charisme du personnage principal
° Le contexte historique superbement décrit
° La plume de l'auteur
° La science-fiction présente et savamment dosée
° La fin grandiose
° L'originalité narrative


Ce que j'ai moins aimé:
° Pas mal de questions qui restent en suspend
° La difficulté à suivre le fil des événements



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire