Blog littéraire de l'imaginaire

Bienvenue sur ce blog consacré à la littérature. J'ai une préférence pour les lectures de l'imaginaire c'est-à-dire tout ce qui est fantastique, fantasy, science-fiction, ... Il m'arrive aussi de sortir de ma zone de confort et de lire des récits que je n'ai pas l'habitude. Il se peut donc que de temps en temps se glisse entre mes pages un article ou une critique sur un polar, un classique, une biographie, ...

La lecture est une façon de voyager et de s'évader, parfois jusqu'aux confins du monde. Je vous invite à faire un bout de chemin avec moi au fil de mes lectures, en espérant pouvoir vous faire découvrir des choses intéressantes, voir vous donner envie de vous plonger dans un livre en particulier.

Bonne visite :)

vendredi 23 septembre 2016

L'HUMANITE DISPARAITRA, BON DEBARRAS ! de Yves Paccalet


[ESSAI, TÉMOIGNAGE]



17/20



Éditeur : Arthaud, 2013, ebook. Première publication 2006
Genre : Essai, témoignage


Synopsis:
L'espèce humaine provoque des bouleversements irréversibles de son environnement.

Notre avenir est aussi bouché que celui des dinosaures ! Peut-on encore espérer que l'Homo sapiens acquière enfin la sagesse dont il se rengorge, alors que toutes les grandes questions (pollutions, saccages des terres et des mers, climats, nouveaux virus. ) sont négligées ou méprisées ? D'où vient cette folie suicidaire ? De ce que l'homme est un grand singe égoïste. Il obéit à trois pulsions : sexuelle, territoriale et hiérarchique.

Sa soif de domination le pousse à tous les crimes, y compris contre lui-même. Guerre nucléaire, climats en folie, empoisonnement de l'air et de l'eau, nouvelles maladies. Tout cela sera très drôle. Et après ? Rien. La vie créera de nouvelles espèces jusqu'à ce que le Soleil brûle définitivement la planète, dans environ un milliard d'années.




Mon avis:
C’est un récit qui va fâcher. Indigner. Attrister. Peut-être révolter ou déprimer. Mais une chose est sure il ne laisse pas indifférent !

L’auteur ne laisse aucune place à l’espoir, car pour lui il n’y en a pas. Il n’y en a plus. Tout est déjà trop tard. Perdu d’avance … Il nous remet à notre place et ça fait du bien car nous en avons grandement besoin. Nous ne sommes que d’infimes petits points s’agitant dans tous les sens à l’échelle de la Galaxie, de l’Univers ! Comme le dit l’auteur : l’homme ne manquera à personne, personne ni rien ne dépend de l’homme… à part lui-même.




"L’humanité n’a aucun avenir. Elle fera encore quelques « progrès » scientifiques et techniques. Mais aucun en morale, en amour ou en désir de paix. Elle est convoquée au néant ; vouée à l’extinction, comme le trilobite, le dinosaure et le grand pingouin. L’homme est un grand pingouin sans lendemain."




"Nous ne sommes ni le fleuron, ni l’orgueil, ni l’âme pensante de la planète : nous en incarnons la tumeur maligne. L’homme est le cancer de la Terre."

A travers ses mots choquants, se cache pourtant la vérité. La vérité sur notre vraie nature, ce que nous sommes réellement : les bourreaux de l’humanité, de la vie, de notre Terre. La vie sur Terre court, galope même à sa perte, c’est inéluctable, tout ça à cause de nous : Homo sapiens. Car nous passons notre temps à gaspiller, saccager, tuer, détruire tout ce qui nous entoure. Nous nous entre-tuons nous-même. Que cela soit directement (meurtres, viols, …) ou indirectement (pollution, destruction de la couche d’ozone, déforestation, forage pour le puisement du pétrole, ...).
Ce livre ne dépeint pas l’humanité dans de belles nuances de gris. Il l’a dépeint toute noire.
J’ai beaucoup aimé son style d’écriture, un style qui détonne. Ses mots nous claquent au visage tel un fouet. S’abattent sur nous tel le bourreau (que nous sommes) qui laisse tomber sa hache…Il fait preuve d’énormément d’humour noir, très très noir ! C’est aussi ce que j’ai apprécié, malgré la tristesse de ses propos, certaines de ses phrases m’ont fait sourire. Il a une manière d’écrire simple mais efficace, à la limite de la vulgarisation, pour être compréhensible et compris de tous.


"Un extraterrestre doué de raison se tapoterait le front en nous observant. Si Dieu existe, il se moque de nous derrière son nuage ;  quand il rit, nous croyons que c’est le tonnerre."

"Aucun chimpanzé, aucun orang-outan, aucun gorille n’irait se suicider pour l’empereur du Japon des singes ou le Ben Laden des anthropoïdes !"
Ce que j’ai trouvé très chouette aussi c’est qu’il utilise les moments de l’Histoire pour ponctuer son récit, ainsi que des citations et références à des auteurs, philosophes, théoriciens connus.


"Quant à moi, je préfère jouer à Roméo dans sa tombe – mort d’avoir trop pleuré le corps inanimé de celle qu’il aimait : la Terre…
Gaïa…Juliette !"
Il peut parfois aller loin. Trop loin ? Quand il ose dire que « nous sommes tous un peu nazi », on trouve cela horrible. C’est vrai que c’est une image forte (aurait-il pu trouver plus fort ?) Et pourtant quand il nous explique pourquoi il dit cela, on est prêt à trouver cela logique. C’est parce qu’il utilise une telle référence que cela à du poids (je conçois quand même qu’il aurait pu trouver une autre image).

"Je cherche l’humanité au fond de l’homme : je n’y vois que la moustache d’Hitler. Désolé d’être aussi brutal et désespéré …"

Il ne parle pas que des multinationales, des grands dirigeants qui eux sans nul conteste détruisent la nature pour leur profit, leur soif de pouvoir et de richesses. Mais au fond nous sommes tous un peu coupable. Lorsque nous ne trions pas les déchets, lorsque nous gaspillons l’eau, lorsque nous utilisons quotidiennement notre voiture, lorsque nous chauffons notre maison, lorsque nous allumons la lumière pour un oui ou pour un non, … Notre confort nous rend tous coupable qu’on le veuille ou non.
Je regrette cependant ce parti pris de tout décrire dans le pessimisme. Je ne suis pas d’accord. Je ne veux pas être d’accord avec ça. Même si pour lui tout est perdu, je ne veux pas perdre cet espoir qu’on puisse encore faire pencher un petit peu la balance, voire la renverser. Il faut continuer, à notre petit niveau à chacun, de faire des efforts pour sauver notre planète, ou au moins lui épargner d’avantage de souffrance ! Tous les humains ne sont pas mauvais. Il y en a qui se battent pour préserver les espèces animales et végétales (et là encore l’auteur arrive à dire que le peu de personnes qui répandent le bien, aident les autres et la nature ne le font que dans le but de satisfaire leur ego, en le clamant haut et fort à qui veut l’entendre. Qu’ils ne le font donc que dans un but purement personnel et de reconnaissance par les autres homo sapiens).

Je fais également un petit reproche aux nombreuses répétitions. Il tape sur le clou encore et encore même quand il est déjà tout à fait enfoncé !

"Nous retournons notre violence contre nous-même. Nous devenons nos tueurs. Prédateurs et proies à la fois, nous créons les conditions de notre extinction."

C’est un livre qui vaut la peine d’être lu, qui nous fait réfléchir sur notre statut d’humain. Où nous nous plaçons par rapport aux autres espèces, qui disparaissent une à une à cause de nous parce que nous détruisons leurs habitations.
Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, ce livre a le mérite de faire débat, donc de nous amener à réfléchir à la question et d’en discuter. C’est ça qui est important je pense : ne pas fermer les yeux, ne pas faire l’autruche.


"Sur notre planète, les jours du géant vert sont comptés. L’énoncé du problème est simple : sachant que, dans quelques décennies, la sylve des Papous ne sera plus qu’un souvenir, à quelle autre forêt vierge allons-nous nous attaquer ? La réponse claque comme une gifle : aucune ! C’était la dernière ! "




Ce que j'ai préféré:
- son style d'écriture simple mais efficace
- son humour noir très cinglant
- la réflexion  que cela suscite

Ce que j'ai moins aimé:
- Les répétitions
- Son pessimisme à toute épreuve



2 commentaires:

  1. Bon et bien je crois qu'on est tous à peu près d'accord sur les mêmes choses !

    RépondreSupprimer
  2. Oui globalement je retrouve les mêmes qualités et défauts sur les avis à gauche et à droite ^^

    RépondreSupprimer